Bienvenue sur la page d'accueil

NOTRE-DAME DU GLAIVE EX-VOTO D UN COMBAT

Sur la falaise boisée au nord-est du village la CHAPELLE NOTRE-DAME DU GLAIVE surplombe la plaine de St Loup. Les cabassois sont trés attachés à ce lieu, voici pourquoi :

LA LEGENDE, L'ORIGINE : LA BATAILLE en l'AN 760 :

le MARDI de PAQUES 760, les Sarrasins installés à LA GARDE-FREINET (FRAXINETUM) viennent une nouvelle fois piller à CABASSE mais cette fois-ci les habitants se défendent. Une violente bataille s'engage au pied de la colline dans la plaine de St Loup ; les cabassois adressent alors une prière à la VIERGE pour qu'elle leur donne la victoire. Elle leur apparaît armée d'un glaive menaçant ; les envahisseurs s'enfuient pour ne plus revenir. Les vainqueurs reconnaissants bâtissent sur le lieu même de l'apparition un oratoire dédié à la VIERGE et y déposent leurs armes en témoignage de grâce. (d'après l'abbé FOUGERET).../...

DURANT LE  18ème siècle : LES DIVERSES INTERVENTIONS DE NOTRE-DAME

LES GUERRES : Sous Louis XIV, la France est en guerre depuis 1701 (succession d'Espagne). Les troupes françaises, début 1707, se retirent d'Italie mais en juin l'armée du duc Victor-Amédée de Savoie franchit la rivière du Var pour assiéger Toulon ; fin août, elle lève le siège et l'armée française la force à repasser la rivière et s'empare ainsi du Comté de Nice, nouvelle frontière provençale. A CABASSE, les bastides sont pillées une première fois en juillet puis une seconde fois lors de la fuite des troupes ennemies quittant Brignoles (août). Durant cette période d'insécurité, les cabassois ont toujours prié NOTRE DAME DU GLAIVE, le 25 AOUT ils lui rendent grâce dans sa chapelle agrandie en 1621. En 1745, sous Louis XV, lors de la guerre de succession d'Autriche (1741-1748),  de nouvelles invasions de soldats (allemands, hongrois, piémontais, espagnols...) traversent la région de part en part. CABASSE est épargné, seules quelques bastides sont saccagées.

Pendant ces évènements L'OUSTAOU DEI FADO sert de grenier ou de cache pour les habitants et les caisses contenant les papiers importants de la communauté sous la garde quotidienne d'hommes.

les Cabassois sont toujours sous la protection de NOTRE-DAME...

LES EPIDEMIES :Tout au long du 18ème siècle, les épidémies sont récurrentes ; l'une frappe le village et les cabassois demandent à l'évêque la permission de faire un voeu à NOTRE DAME du GLAIVE et promettent de célébrer une messe votive à la chapelle chaque premier dimanche de Quasimodo pendant 20 ans, avec la présence des consuls en chaperon accompagnés des Pénitents. Cette messe est célébrée dès 1767 et le sera pendant 20 ans puis renouvelée en 1787 pour encore 20 ans. (le dimanche de Quasimodo est le dimanche après Pâques, donc retour à la tradition du mardi de Pâques).

AU 19ème siècle : Plusieurs épidémies de choléra sévissent dans le Var pendant le 19ème siècle. L'une d'entre elle ravage la région. Les cabassois font alors le voeu de monter à la chapelle pendant 100 ans un dimanche d'été si l'épidémie disparaît. Epargnés et fidèles, ils se rendent pendant un siècle en pélerinage à NOTRE DAME du GLAIVE en passant (aller-retour) par la chapelle ST LOUP.

Les habitants du village n'étaient pas les seuls à profiter des faveurs de NOTRE-DAME, la paroisse du LUC y venait le 3ème dimanche de Pâques. Les autres paroisses limitrophes peut être aussi...

(biblio : R. Bousquet, J. Seillé et les archives communales de Cabasse)

DE NOS JOURS, CE PELERINAGE SE PERPETUE TOUJOURS CHAQUE LUNDI DE PAQUES.