LA FUSTE DE CABASSE

lorsque nous faisons visiter le patrimoine local, et en particulier l'église, souvent les groupes de visiteurs arrivent avec un questionnaire à remplir. des questions sur les traditions cabassoises reviennent systématiquement. Voici la plus célèbre : la FUSTO DE CABASSE ou comment un épisode de la vie quotidienne en Provence devient un proverbe... un dicton... une galéjade...

la fusto de CABASSO, alors es courto dei doui bout !

par Henri NOVELLAS, Premier prix au 3ème festival de langue provençale de LORGUES 1998, concours de poésie

1."Fau que vous digui, siéu de Cabasso           

 Il faut que je vous dise, je suis de Cabasse 

    Qu'aco es pas lou païs deis Agasso              

Qui n'est pas le pays des Pies 

    Mai tambèn lou païs dei courpata,               

Mais certainement le pays des Corbeaux

   Ounte touto meno de cauvo pouadon arriva.    

Où tout du moins des choses peuvent arriver. 

2. Es pas toujour l'ome de glori                         

Ce n'est pas toujours l'homme de gloire 

    Que de soun païs escri l'istori,                       

Qui de son pays écrit l'histoire

    Soun quauquei fes lei mai pichoun                

Ce sont certaines fois les plus petits

    Que de soun rodou fan lou renoun.                

Que de leur coin font le renom.

3. Autrei fes à Cabasso, un poulit vilajoun,         

Autre fois à Cabasse, un joli village,

    Li restavo, Roubert, dis lou massoun             

 Y demeurait, Robert, dit le maçon

    Eu pèr soun mestié, cade jour canejavo,        

Lui pour son métier, chaque jour il cannait

    'mé un metre mesura l'enuiavo,                      

Avec un mètre mesurer l'ennuyait,

    Pèr èu ges de fiéu d'aploumb, ni courdèu,      

Pour lui pas de fil à plomb, ni cordeau,

    Pas mai d'escaire que de nivèu.                      

Pas plus d'équerre que de niveau.

4. Un jour pèr chanja la fusto de la téulisso,       

Un jour pour changer une poutre de la toiture,

    De sa bravo vesino, dono Clarisso,                  

De sa brave voisine, Madame Clarisse,

    Au jouine, que li a de tèms emplegavo,          

 Au jeune qu'il employait quelque fois,

    Li dis : Canejo bèn e sènso fauto,                     

Il lui dit : Cannelons bien et sans faute,

    Quant li a d'uno muraio à l'autro,                   

Pour savoir combien il ya d'un mur à l'autre,

    Mestre, fa lou garçoun d'uno vouas fouarto     

Maître, fit le garçon d'une voix forte,

    Lou pasto mourtié : lei dous fes,                      

Le mélange mortier deux fois,

    Lou manche dou martèu : tres,                        

Le manche du marteau trois fois,

    Li a quatre det d'uno tibleto,                            

Il y a quatre doigts d'une truelle,

    E tambèn quauquei busqueto.                           

Et quelques brindilles. 

5.  Puei, toutei dous parton serra,                         

 Puis tous les deux partent scier,

     La fusto pèr pousqué la pousa,                        

La poutre pour pouvoir la poser,

     Aqui la fusto sus l'espalo                                 

 Avec la poutre sur l'épaule

      Cadun de soun caire mounto l'escalo,           

Chacun de son côté monte l'echelle,

      Es que pouarto vers tu, digo                          

 Est-ce qu'elle porte vers toi, dit ?

      Nani, mestre, salo boutiquo,                          

Non, maître, drôle d'histoire,

      Ni mai, devers iéu, pouarto pas,                    

 De mon côté, non plus, elle ne porte pas,

      L'auren de segur trou coupa,                          

Nous l'avons de sûr trop coupée,

      L'auren pas serrado, pardi,                             

Nous ne l'aurons pas sciée, pardi, 

      A la mesuro que m'as dis,                              

A la mesure que tu m'as dit,

      Pèr l'alounga coumo s'en prendre?                

Pour l'allonger comment s'y prendre?

      Courto d'un bout, si pou coumprendre,         

Courte d'un bout, on peut le comprendre,

      De toutei dous, s'es jamai vist !                      

Mais des deux, cela s'est jamais vu ! 

 Despuei lei marrido lengo, à vouas basso Dien qu'es courto dei doui bout : LA FUSTO DE CABASSO

     Depuis cette époque les mauvaises langues, à voix basse, disent qu'elle est courte des deux bouts, la poutre de Cabasse.

Sus un'idèio de moun peirin dou Felibrige :

LOU MESTRE D'OBRO, Andriéu DEGIOANNI    

                                               traduction française de Bernard NOVELLAS

ou encore .... Lorsque les choses se présentent mal, on dit "coumo la fuste de Cabasse, couilloun" !!!

 

     

Fil de navigation